Demander un devis gratuitement

Verucchio, Torriana, Montebello

A LA DECOUVERTE DE LA VALLEE DU MARECCHIA…

VERUCCHIO

Cette ville vante une splendide position qui permet de parcourir avec les yeux toute la côte romagnole et les premiers monts des Apennins. Entre le IXe et le VIIe siècle avant J.C., Verucchio fut habitée par un peuple évolué, d’origine étrusque, il s’agit de la civilisation villanovienne, qui a laissé des témoignages d’art et de culture extrêmement raffinée tels que des objets en bois, des tissus précieux, des bronzes, des céramiques, des bijoux en or et d’ambre, des armes et des instruments de la vie quotidienne, mais aussi un grand trône en bois marqueté qui semble être unique en son genre. Les splendeurs de cette civilisation furent suivies par la splendeur de l’époque malatestienne, qui situe Verucchio entre le Moyen Age et la Renaissance comme le « Berceau des Malatesta » qui gouvernèrent cette ville pendant trois siècles. Le centre historique offre encore une empreinte médiévale et ses nombreux monuments, dont une partie remonte à des époques successives, sont la preuve d’une richesse historique qui est aujourd’hui à la base du développement touristique de la ville. Mais Verucchio n’est pas seulement une ville à regarder mais aussi à vivre : il y a la fête des Malatesta en août, le festival de Verucchio en juillet, la foire de « Quattorq » en septembre et la « Fira de Bagoin » en Janvier. Verucchio offre aussi, pour les amoureux de la nature, un parc équipé de pistes cyclables le long du Marecchia, un splendide terrain de golf situé auprès de la prestigieuse exploitation agricole Tenuta Amalia et un réseau de sentiers, bien balisés, qui se développe entre Verucchio et Torriana, intéressant tant sur le plan environnemental que sur le plan historique.

TORRIANA – MONTEBELLO

Les deux forteresses de Torriana et de Montebello sont perchées sur deux rochers typiques de la vallée du Marecchia, excellentes défenses naturelles en temps de guerre et d’invasions. Deux imprenables forteresses qui ont vu les splendeurs de la seigneurie des Malatesta et les dures batailles contre les châteaux et les troupes de Montefeltro, la région historique voisine comprenant la moyenne et l’haute vallée. Apres plusieurs modifications, Torriana est devenu le chef-lieu de la commune, alors que le village de Montebello est resté pratiquement intact, ses siècles de silence lui ayant permis de demeurer un véritable îlot d’histoire et de culture. Torriana ne porte ce nom que depuis 1938 : son nom précédent était « Scorticata » ; une forteresse sans aucun doute importante pour le contrôle de l’ancienne Via Maior, la route qui remontait la vallée du Marecchia, d’une grande valeur stratégique puisqu’elle constituait la liaison principale avec le Montefeltro et la Toscane. L’histoire de Montebello, avec sa belle forteresse très intéressant, est par contre un véritable livre ouvert. Les qualités militaires de ce lieu devaient être connues depuis très longtemps puisque son nom semble dériver de Mons Belli, le Mont de la guerre. Mais Montebello est très renommé en Italie pour un mystère, parce que les galeries mystérieuses, les passages secrets et les puits profonds ont alimenté la légende du fantôme d’une petite fille d’environ 5 ans, enfant du feudataire, disparue dans les souterrains du château en 1375. Certains affirment que le fantôme d’Azzurina (nom de la fille) hante encore l’édifice.

GASTRONOMIE

Cette ville dispose de nombreux restaurants offrant la possibilité de déguster la cuisine caractéristique de cette zone de transition entre la plaine et les collines, entre la Romagne et les Marches tels que les produits de la terre (pâtes, rôtis, fromages, herbes de campagne, champignons, truffes, etc.) et les produits de la mer (tout le poisson des eaux bordant Rimini).
Il faut mentionner la production vinicole ( Sangiovese, Trebbiano, Albana) et la production d’huile d’olive (huilerie Sapigni et Carlini). La piada (galette typique) y est encore la reine de la table, accompagnant tant les plats de viande que la charcuterie.

5° F – T.S.T.
a.s. 2005/2006